Créations

Pilvi ou comment faire une robe en un après-midi*

26 février 2017

Je termine ma garde-robe d’hiver avec cette magnifique robe Pilvi de chez Named Clothing… juste sur le fil avec les beaux jours qui arrivent ! Mais j’ai de la chance il m’a fallu juste un après-midi pour la coudre.

Cela faisait longtemps qu’elle me faisait de l’œil cette robe manteau… mais je n’osais pas la tenter ! J’aime beaucoup ça les robes manteaux mais c’est difficile à porter surtout à Grenoble où il fait chaud ou froid (mais rarement tiède). Et puis, pour ne rien vous cacher, j’avais un peu peur de ne pas être à la hauteur. Forte de mon expérience avec la veste AAVA (surtout pour le col) je me suis lancée ce week-end !

J’ai décalqué les pièces avec soin (il y en a beaucoup moins que pour la veste), et j’ai bien reporté toutes les indications (grrhhhhh de la dernière fois). Comme Named Clothing  conseille un tissu stretch, j’ai choisi chez Natacha, un jersey noir, très lourd à rainures (et non pas à rayures!) Il est confortable et à une très belle tenue… Et ce qui est vraiment génial avec le jersey, c’est que j’ai pu coudre cette robe entièrement à la surjeteuse ! Ceci explique cela : un gain de temps incomparable !

J’ai pu réaliser une deuxième fois, combien les patrons Named Clothing sont bien faits ! Toutes les pièces se rejoignent parfaitement, et maintenant que j’ai bien compris comment monter les parementures, j’ai cousu Pilvi  sans aucune difficulté ( mais vraiment aucune !)

Je n’ai cependant pas osé coudre de boutonnières sur ce jersey… j’ai craqué chez Cécile,  pour de grosses pressions mais surtout pour ces boutons en forme de grosses marguerites noires dont les pétales rappellent les rainures du tissu.

Bilan : Sincèrement ce patron Named Clothing  n’est pas compliqué, et cette robe se coud facilement ! Je vais certainement la reprendre un peu sur les hanches pour qu’elle flatte un peu plus la silhouette. J’ai choisi des gros boutons pressions, mais ce n’était peut-être pas judicieux car cela tire pas mal sur le tissu : comme quoi, la fainéantise ne paie pas ! De plus, cela mettrait en valeur mes boutons marguerite s’ils étaient un peu plus tenus dans une boutonnière !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laisser un commentaire