Créations

Des plis, des rayures… et une robe fétiche pour l’été

16 juin 2019

Voilà une petite robe qui m’avait tapé dans l’œil lors d’une virée à Torino… une petite robe avec un empiècement plissé sur le devant que j’ai portée jusqu’à l’usure ! Elle était un poil courte, c’était mon seul regret ! En bout de course, je l’ai entièrement décousue pour pouvoir me la refaire, encore et encore… J’ai d’abord craqué chez Cécile, comme d’hab, sur un coton blanc à fines rayures grises, un passepoil argent… et me voilà prête pour pour mon nouveau défi couture.

Rayures et passepoil argenté

Le modèle est plus que facile à faire : une pièce dos, une pièce devant découpée, un rectangle servant à faire la bande de plis et 2 manches courtes. J’ai rajouté une parementure d’encolure pour un plus joli fini et un passepoil argenté pour border la bande de plis et apporter une petite touche « glitter ». Le plus dur a été de placer la bande de plis dans la découpe de la robe de façon harmonieuse des 2 côtés (et là on sent que j’en suis encore à peaufiner le prototype!)… par contre je suis top fière de mon passepoil et de mes plis (je vous raconterai ce que ça donne au repassage à l’usage !)

Plis et passepoil argenté

Les plis… mais ouiiiiiii

L’empiècement plissé fait vraiment le petit truc en plus sur cette robe… oui parce que sinon, il n’y a vraiment pas de quoi écrire un article.

J’ai mesuré des plis de 2 centimètres, bien épinglés de chaque côté, et surtout repassé avec une rigueur que je ne soupçonnais pas (maman, c’est pour toi !) Je les ai cousus puis surjetés, ça devrait tenir. A part ce petit travail un peu laborieux, le montage de la robe se fait en un temps record, même si l’intégration de l’empiècement doit être pensé un peu mieux… j’y travaille ! Sinon, ça le fait, non ?

Gros plan sur les plis…
Encolure sage

Résultat des courses : Je suis un peu à la bourre pour Roland Garros ! Cette robe est idéale pour jouer au tennis, du moins dans les années 20 ! En attendant, elle fera du vélo avec moi car on peut lui décerner le label vélo compatible sans problème.

Sage comme une image

Cette robe est simplissime à faire, à vivre et à porter, mais il faut vraiment que j’améliore le concept :

  • Faire des pinces de poitrine
  • Ajuster un peu plus la robe sur les côtés
  • La rallonger un peu plus (même si pourtant j’avais prévu 5 cm de plus que l’originale
  • Et surtout, mais alors surtout, prendre un tissu plus souple et plus léger.
  • La version d’origine était dans un coton stretch, le coton que j’ai choisi est un peu trop rigide et donne vraiment un côté collégienne en uniforme à celle-ci , et j’ai passé l’âge… à refaire !
Une robe tennis un poil vintage

Vous aimerez aussi

2 commentaires

  • Répondre Karine Braconnier 21 juin 2019 à 22:37

    Elle est super belle et je n’ose pas imaginer combien d’heures cela prend de la faire cette robe

    • Répondre 53 sous les toits 21 juin 2019 à 23:01

      Bizarrement, pas tant que ça

    Répondre à 53 sous les toits Annuler la réponse.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.